France-Atlanta Culture : un bilan très positif [en]

C’était cette année le 10ème anniversaire de France-Atlanta. Une occasion de voir les choses en grand avec l’organisation d’une trentaine d’évènements que vous avez été nombreux à suivre.

Avec une fréquentation de 2000 personnes, il a connu un franc succès public. Plus de 200 personnes ont également participé activement aux différents workshops proposés par les artistes.

Le soutien du magazine en ligne Burnaway qui couvre l’actualité de l’art contemporain dans le Sud des Etats-Unis et celui de la Radio Wrek ont permis de développer encore cette audience jusqu’à toucher 20.000 personnes. Nous tenons à les remercier pour leur implication dans le festival.

L’édition 2019 marque aussi une étape nouvelle pour le partenariat culturel avec Georgia Tech, par la mobilisation de nombreux départements universitaires : Atlanta Global Studies Center, Drama Tech Theatre, Office of the Arts, School of Architecture, School of Literature, Media and Communication, School of Modern Languages, School of Music.

Le partenariat interuniversitaire entre Georgia State University – World, Languages & Cultures et Georgia Tech et l’implication du Center for French and Francophone Studies à Duke University en Caroline du Nord prolongent cette dynamique plus largement.

Nombreux sont les partenaires français et américains qui nous ont aidés à construire ce programme. De l’Ecole Polytechnique et la Chaire arts & Sciences au Clark Atlanta University Art Museum, du Breman Museum à l’Atlanta Film Festival, de l’Alliance Française au réseau The Fence, nous tenons vivement à les remercier pour leur accompagnement dans la réalisation de ces beaux projets.

Ce programme a privilégié la découverte d’artistes singuliers, cœur vibrant de notre action. Par leurs regards et échanges stimulants, ils nous ont accompagnés tout au long de cette édition. Nous avons imaginé avec eux de nouvelles pistes de réflexion, réfléchi à comment développer des réseaux d’échanges favorisant de nouvelles dynamiques de coopérations intellectuelles et artistiques.

Nous avons traversé ensemble des expériences musicales immersives avec Labofactory, Diemo Schwarz et Grace Leslie, appréhendé l’impact des technologies numériques sur les cultures urbaines en Afrique avec Oulimata Gueye. Nous sommes entrés dans les nouvelles fictions qui se développent à travers Internet avec Gwenola Wagon et Pierre Cassou-Noguès. Duncan Evennou et Clémence Hallé durant leur résidence de recherche ont sondé avec le HKW de Berlin l’impact des activités humaines le long du Mississippi.

Avec BAST, lauréat du Prix Européen Mies van der Rohe, les étudiants de l’école d’architecture de Georgia Tech, ont abordé une autre façon de concevoir l’architecture. Guy Gabon avec la compagnie le Quai des Arts a ouvert toute une gamme de réflexions sur les questions identitaires. Nous avons approfondi la notion de frontière sous différentes facettes avec les films d’Eléonore Weber et de Patricia Allio et découvert tout un pan de l’Amérique de l’après-guerre avec Henri Dauman.

Cette diversité d’approches a permis d’explorer les multiples facettes de cette riche région du sud-est des Etats-Unis et de multiplier les relations de coopération.

Nous avons eu le plaisir de vous accueillir durant ces trois mois de programmation,

Au plaisir de vous retrouver à l’occasion des évènements à venir.

Concert by Labofactory
Lecture by Oulimata Gueye
Concert by Diemo Schwarz and Grace Leslie
Final Lecture/Workshop by BAST
Round Table Discussion on Non-Aligned Utopias

Dernière modification : 18/11/2019

Haut de page