Edito du Consul général - mai 2019 [en]

JPEGChers amis français et américains,

Notre circonscription du sud-est est vaste et renferme quelques pépites françaises, parfois bien cachées.

Saviez-vous par exemple que le terrain synthétique du stadium Mercedes-Benz d’Atlanta, qui a accueilli le dernier SuperBowl, est fabriqué par FieldTurf, l’un des leaders mondiaux des revêtements sportifs situé à Calhoun, GA ? FieldTurf, qui est canadienne, appartient à Tarkett, dont l’ancien nom est Sommer-Allibert… C’est donc bien un groupe français, en bout de chaîne, qui équipe d’innombrables stades, collèges et écoles en terrains de sport et autres pistes d’athlétisme à travers le continent américain – sans parler du reste du monde ! Les tournées en circonscription, telles que celle organisée récemment par le Département du Développement Economique de la Georgie, permettent d’aller à la rencontre d’entreprises, d’universités, de musées et de constater à chaque fois combien notre relation est vivante et dynamique.

Avec mes collègues européens, nous portons également ce message en format collectif : c’est bien l’Union européenne, puissance commerciale mondiale, qui est le partenaire privilégié des Etats-Unis : plus de 1.150 milliards de dollars d’échanges annuels, dans une relation quasi-équilibrée (l’UE ayant un léger avantage en matière de biens, les Etats-Unis en matière de services). Dans le triangle Raleigh-Durham-Chapel Hill, les débats entre milieux d’affaires et représentants français, allemand, néerlandais et irlandais se sont focalisés sur quelques points-clés : l’Union européenne est un partenaire, non un adversaire commercial ; les barrières tarifaires et mesures touchant l’acier, l’aluminium ou les automobiles ne feront que nuire aux dizaines de milliers de travailleurs américains du sud-est par les entreprises européennes. Les visites de terrain nous le confirment à chaque fois : pas un seul économiste, pas un seul manager, américain ou européen, qui ne nous rejoigne sur ce principe. Les investissements doivent se poursuivre, au bénéfice de tous : les Etats-Unis demeurent par exemple, en 2018, le premier investisseur étranger en France ; inversement la France contribue largement à l’empreinte européenne aux Etats-Unis et notamment dans la circonscription sud-est, comme en témoigne le récent investissement de Cellectis en Caroline du Nord ($68 M, plus de 200 emplois : retrouvez notre article dans ce numéro). Le travail des représentants consulaires des Etats membres européens est bien de préserver et de renforcer cette relation, incontournable dans le commerce international.

La conclusion est aisée : le 25 mai, n’oubliez pas d’aller voter aux Européennes ! nos bureaux de vote d’Atlanta, Greenville et Raleigh seront ouverts de 8h00 à 18h00.

A bientôt !

Louis de Corail
Consul général de France

Dernière modification : 01/05/2019

Haut de page