Prix ArtPlace America décernés à deux artistes français [en]

JPEG

Jean-Marie Mauclet et Gwylène Gallimard comprennent bien l’importance de l’art pour l’identité d’une ville. Ces deux artistes avec la double nationalité franco-américaine habitent aux Etats-Unis depuis 1984. En arrivant à Charleston, ils ont ouvert le restaurant Gaulart & Maliclet, également connu sous le nom de Fast & French. Depuis 30 ans, leur café avec ses grandes tables familiales adhère à la philosophie suivante : « Où il y a de l’art, il y a de la communauté. Où il y a de la communauté, il y a de l’art. » Grâce à un soutien financier de $300,000 obtenu de Artplace America, ils collaborent sur un projet d’art et de culture pour le développement économique à Charleston qui leur permet de nourrir autrement leur communauté.

Artplace America, un collectif de plusieurs fondations, organismes gouvernementaux et institutions financières, a selectionné ConNECKtedTOO, le projet de M. Mauclet, Mme Gallimard et leurs collaboratrices du Rhizome Collective (activistes et éducatrices Pamella Gibbs, Debra Holt and La’Sheia Oubré), parmi 987 candidatures pour le National Creative Placemaking Fund. 22 autres candidatures ont également été retenues à travers les Etats-Unis. Ensemble, ces projets tentent à montrer comment l’art et la culture contribuent au développement communautaire dans dix domaines différents.

Le Rhizome Collective, organisation populaire et locale formée en 2008, a pour but de réunir des artistes, des activistes, des éducateurs et des jeunes autour des questions du rôle de l’art dans la société et les mouvements collectifs. Délibérément interracial et intergénérationnel, le Rhizome Collective souligne les effets de la gentrification dans sa région. En 2017, il dévoile l’installation artistique ConNECKted : Imaginings for Truth & Reconciliation au City Gallery à Charleston. L’exposition a abordé de façon créative les difficultés communautaires de Charleston (ségrégation, éducation, gentrification, déplacement) à travers une série d’ateliers interactifs et installations artistiques, cherchant à souligner à tel point ces divers problèmes étaient interconnectés. Aujourd’hui, grâce aux fonds fournis par Artplace America, le groupe profite de la réussite de ce premier projet pour développer ConNECKtedTOO.

Le projet cible ce qu’ils appellent les « tiny businesses »— des petits commerçants familiaux (dont beaucoup reflètent l’histoire afro-américaine de Charleston), des entreprises appartenant à des femmes, des entreprises artisanales, ou bien des initiatives plus modernes, tels que des start-ups et des Fab Labs. Ces entreprises, quoique essentielles aux économies locale et touristique de la ville, ont souvent plus de mal à obtenir des prêts bancaires ou des services gouvernementaux. L’objectif du Rhizome Collective est de donner un autre regard sur l’histoire de la ville de Charleston et magnifier la voix de celles et ceux qui jusqu’ à présent ont été plus ou moins absents de la conversation sur son avenir. Ainsi, il a conçu une stratégie à deux voies : le développement d’une appli destinée à rapprocher les microentreprises de Charleston et, en même temps, la création d’un stage rémunéré et d’un programme de mentorat pour les jeunes souhaitant fonder eux-mêmes des microentreprises. Selon M. Mauclet, Il espère démontrer la créativité innée des microentreprises et répondre aux questions suivantes : comment s’intégrer au quartier ou l’on travaille, et comment habiter et travailler dans le même lieu.

Les partenaires du projet incluent le Charleston Office of Cultural Affairs, Jason Gourdine du BlackCollective et Fast & French, qui appartient actuellement aux anciens employés de M. Mauclet et Mme Gallimard. Le nom stylisé de l’initative, ConNECKtedTOO, vient du fait que la partie la plus étroite de la péninsule de Charleston, où le groupe concentre ses efforts, est surnommée « the Neck » (« cou » en français). Le choix de l’homonyme « Too » au lieu de « Two », indique la volonté du groupe d’ouvrir leur projet à tous ceux qui souhaitent participer. À cette fin, Le Rhizome Collective vous invite à vous rendre sur le site internet du projet.

Dernière modification : 28/06/2018

Haut de page