Ken Bugul à Emory University [en]

JPEGL’Écrivaine sénégalaise Ken Bugul a partagé quelques réflexions sur sa carrière de 35 ans et son rôle centrale dans l’évolution de la littérature africaine lors d’une table ronde le 17 avril à Emory University dans le cadre de leur initiative « écrivains d’aujourd’hui. »

Ken Bugul a acquis une notoriété internationale suite à la publication de son premier roman, Le Baobab Fou (1982). Cet ouvrage fait partie d’un cycle de romans autobiographiques qui évoque ses expériences d’immigration en Belgique et en France, puis son retour au Sénégal.

Le département de français et d’italien à Emory a reçu l’auteure avec le soutien du service culturel du Consulat Général de France à Atlanta, qui est partenaire de cette programmation annuelle depuis 4 ans. L’Édition 2018, intitulée « Errant Voices : A Roundtable Discussion with Ken Bugul », a eu lieu le 17 avril à 17h au White Hall 207.

De son vrai nom Mariètou Mbaye, l’écrivaine a choisi comme pseudonyme Ken Bugul, qui signifie « celle dont personne ne veut » en wolof. Dernière d’une famille nombreuse et polygame, le sentiment d’exclusion familiale auquel elle était déjà en proie s’est aggravé à l’âge de 5 ans quand sa mère l’a abandonnée pendant un an pour aller vivre dans un village voisin auprès de ses autres enfants.

Auteure d’une dizaine de romans, Ken Bugul a également publié des articles influents sur la politique de l’écriture et le colonialisme. Ses ouvrages portent sur la femme et la sexualité, la folie, l’écologie et le changement urbain, et s’inscrit à la fois à Dakar et à Paris. Elle a reçu le Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire pour son roman Riwan ou le chemin de sable en 1999. Elle est Officier de l’ordre français des Arts et des Lettres et le quatorzième écrivain en résidence au Literaturhaus de Zurich. Avant de se consacrer uniquement à l’écriture en 1993, Ken Bugul a travaillé avec une ONG de planning familial, IPPF (International Planned Parenthood Federation), au Kenya, au Togo et au Congo.

Plusieurs écrivains d’expression française mondialement connus ont participé à la série « écrivains d’aujourd’hui », tels qu’Alain Mabanckou (2015), Raoul Peck (2016) et Patrick Chamoiseau (2017).

La table ronde à Emory a fait partie du festival de la Francophonie 2018. Elle a été co-sponsorisée par par les Services Culturels de l’Ambassade de France aux Etats-Unis ; Francophonie Atlanta ; le Hightower Fund ; les départements d’anglais, d’histoire, d’anthropologie, de religion, de littérature comparée et d’études afro-américaines à Emory University ; le Creative Writing Program ; l’Institute of African Studies, l’Institute for Developing Nations ; le Psychoanalytic Studies Program ; le Global and Postcolonial Studies Program ; le Black Studies Collective ; le Office of LGBT Life, le French Enrichement and Response Association ; et le festival d’Africa Belle organisé par l’Alliance française

Dernière modification : 20/04/2018

Haut de page