Compagnie Hervé Koubi à Atlanta [en]

Créé en 2013 par le chorégraphe Hervé Koubi, « Ce que le jour doit à la nuit » met en scène sa quête d’identité suite à une révélation inopinée sur ses origines : jusqu’à l’âge de 25 ans, M. Koubi se croyait d’origine française. Ses parents lui ayant révélé qu’ils étaient tous les deux nés en Algérie, il éprouva le désir de mieux comprendre la culture algérienne et son rôle désormais dans sa vie.

JPEGEn 2009, Il se rend à Alger où il lance un casting sur les réseaux sociaux et rencontre environ 250 danseurs autodidactes qui ont appris leur art grâce aux vidéos de breakdance sur Youtube. C’est de cette foule qu’il cueillera les douze danseurs algériens et burkinabé qui l’aideront à réaliser sa vision artistique à travers des mouvements énergiques et acrobatiques.

La chorégraphie puissante de M. Koubi incorpore des éléments du hip-hop, de la capoeïra et de la danse contemporaine. Habillés en sarouels blancs, les danseurs sautent, virevoltent, s’emmêlent, se démêlent, le tout accompagné des musiques sacrées d’Orient et d’Occident. La performance intègre ainsi l’histoire personnelle de M. Koubi à l’Histoire collective entre l’Algérie et la France. Le titre du spectacle est emprunté d’un roman de Yasmina Khadra, Directeur de Centre Culturel Algérien à Paris. L’ouvrage raconte la vie d’un jeune algérien élevé dans une communauté d’expatriés français qui découvre au fur et à mesure son pays et apprend à l’aimer.

Dans un entretien récent avec le journal canadien Le Devoir, le jeune chorégraphe s’est méfié de toute revendication identitaire, en expliquant que les enjeux du spectacle s’étendent bien au-delà de l’histoire d’un seul pays : « En Algérie, j’ai tout de suite voulu essayer de regarder les choses avec une certaine distance. Je me suis donc attaché à trouver des sources d’inspiration dans l’histoire du bassin méditerranéen. J’avais l’impression que ma petite histoire faisait écho à une plus vaste histoire, à une plus grande échelle, celle des civilisations autour de la Méditerranée. »

Pour la première fois, le public d’Atlanta aura accès à cette vaste histoire incarnée par la compagnie Hervé KOUBI. Ayant bénéficié ces deux dernières années du soutien du French-U.S. Exchange in Dance (FUSED) et du New England Foundation for the Arts (NEFA), la troupe se produira au Rialto Center for the Arts le 17 février avant de continuer sa tournée des Etats-Unis au Massachusetts et au Texas au mois de mars .

Les billets sont disponibles en ligne sur le site du Rialto Center. Entrez le code promo DANSE et bénéficiez de 15% de réduction.

Dernière modification : 14/02/2018

Haut de page