Parution : Marche à l’étoile de Hélène Montardre [en]

Hélène Montardre a toujours eu le goût du mystère. Jeune doctorante, l’auteure étudia les histoires orales des esclaves au sud des États-Unis, histoires souvent incomplètes car, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture étant interdit aux esclaves, ces récits furent recueillis après la Guerre de Sécession par des blancs ou des descendants des esclaves eux-mêmes.

JPEGUn récit long à venir

Sa thèse terminée, elle mit de côté ses recherches pour entreprendre plusieurs romans jeunesse, tels que sa tétralogie « Oceania » qui traite des effets du réchauffement climatique dans un futur proche. Or, elle ne renonça pas à l’idée de produire un roman au sujet du fameux « Underground Railroad », réseau clandestin d’abolitionnistes qui aidait les esclaves à s’enfuir.

Une marche aux étoiles américaines

En 2015, Hélène Montardre fut lauréate d’une résidence internationale « Hors les Murs » de l’Institut Français, programme qui lui permit de réaliser enfin ce projet d’écriture longuement prémédité. Le résultat de cette résidence aux Etats-Unis, « Marche à l’étoile » est paru aux éditions Rageot en septembre 2017. Le roman raconte l’histoire de Billy, jeune esclave de quinze ans qui s’échappe d’une plantation en Géorgie pour gagner le nord et sa liberté.

Ses recherches pour « Marche à l’étoile » débutèrent à Atlanta, où l’Attaché culturel français, Alexandre Durand, facilita des rencontres avec l’équipe du Atlanta History Center et l’accès à ses archives. Ensuite, elle traversa en voiture tout le chemin que parcourt le héro de son roman. « J’avais vraiment besoin d’aller sur place, » affirme-t-elle, « afin de mieux comprendre la dimension du pays. La géographie, la façon de considérer les choses et voir ce que ça signifie de vivre dans un tel pays, d’avoir parcouru de telles distances. » A Charleston, en Caroline du sud, elle vit l’ancien marché d’esclaves. En Caroline du nord, elle rencontra la conservatrice du Museum of the Cherokee Indian, qui apporta des éclaircissements précieux sur le rôle des amérindiens dans le « Underground Railroad ». Finalement, elle passa vers les « libres » États du nord, en Pennsylvanie et au Vermont, où l’on retrouve plus facilement la trace des esclaves enfuis, car le risque de s’y faire attraper était moins élevé dès qu’ils avaient franchi la ligne Mason-Dixon.

PNGUn regard vers la France

Or, l’histoire de Billy ne se termine pas au nord des États-Unis. Dans la deuxième moitié du livre, son descendant Jasper Stone retrace les pas de ses aïeux jusqu’à la France. À Bordeaux, Jasper rencontre Rose Durieu, une jeune étudiante française dont les ancêtres furent armateurs de navires négriers, et découvre que son histoire est liée à la sienne. De son choix d’inclure ce troisième bord souvent oublié du commerce triangulaire, Mme. Montardre explique, « On ne peut pas dissocier l’histoire de l’Amérique et de l’Europe. On parle de l’esclavage aux États-Unis comme si c’était une institution propre à ce pays, et ce n’est pas le cas. Entre 10 et 15 millions d’africains ont été déportés vers l’Amérique sur les bateaux européens. On en parle en France comme une histoire extérieure. Je voulais dire qu’on avait une implication dans ce trafic. » Considérant que les réalités du commerce triangulaire étaient mal connues en France, elle trouva important de raconter cette histoire pour le jeune lectorat français.

Une histoire inachevée

Pourtant, la question demeure : l’histoire de Billy est-elle vraie ? Selon Hélène Montardre, la réponse définitive se trouverait peut-être dans les mémoires d’une certaine Wayburne Washington, ancienne esclave émigrée au Canada. C’est dans un livre faisant référence à ce texte qu’elle repère les bases de l’histoire de Billy. Or, les mémoires elles-mêmes restent introuvables. Au cas où nos lecteurs auraient des éclaircissements à apporter, Mme. Montardre est toujours preneuse de toute information à propos de cette personne, faute de quoi cette histoire restera, comme tant d’autres histoires de l’Underground Railroad, entourée de mystère.

Dernière modification : 04/12/2017

Haut de page